Le positionnement de l’héritage colonial bâti

More Info
expand_more

Abstract

L’évaluation des artefacts culturels et leur appréciation se font en fonction d’un certain nombre de critères. Si la validité des méthodes d’analyse et d’évaluation occidentales est incontestable pour l’architecture et l’urbanisme occidentaux, leur ambivalence, leur inadéquation et leur insuffisance en dehors de l’Occident, c’est-à-dire dans un cadre colonial, sautent aux yeux dans la mesure où elles sont un frein et même un obstacle à toute évaluation objective de l’importance et de la qualité intrinsèque des artefacts. C’est pour cette raison que l’étude et l’évaluation de l’héritage architectural des anciennes colonies ne sont possibles que moyennant un réajustement de la méthodologie, des normes et des critères de jugement occidentaux, qui sont essentiellement eurocentriques. Pour comprendre et apprécier le caractère, l’importance et le bienfondé de l’héritage bâti dans les anciennes colonies, il est absolument nécessaire d’étudier et d’analyser les sociétés coloniales, car l’architecture et l’urbanisme sont intrinsèquement liés aux besoins, aux demandes et aux moyens de ces sociétés.